Généalogie des familles Blaquière

Depuis le 16e siècle incluant plusieurs milliers d'autres familles

Répertoires en ligne


 #   Nom du répertoire   Description 
1. Les mariages Blaquière depuis le 16e siècle (hommes) 
À travers le monde, les familles portant le nom BLAQUIÈRE ou l'une de ses 59 mutations linguistiques sont toutes sans exception originaires du Sud-Est de la France. Blaquière vient d'un mot gaulois Blaca muté vers le 10e siècle en Blacairès signifiant à la fois blanc et chêne blanc. Une blaquière était autrefois un lieu où le chêne pouvait croître en abondance et était aussi une forteresse protégée par un entourage de chênes d'où l'adoption d'une devise occitane «D'un aglan crèis una blaquiera» (D'un seul gland peut croître une forêt de chênes). Depuis cette époque, les Blaquière ne furent jamais très nombreux mais se sont répandus dans toutes les régions du monde.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
2. Les mariages Blaquière depuis le 16e siècle (femmes) 
À travers le monde, les familles portant le nom BLAQUIÈRE ou l'une de ses 59 mutations linguistiques sont toutes sans exception originaires du Sud-Est de la France. Blaquière vient d'un mot gaulois Blaca muté vers le 10e siècle en Blacairès signifiant à la fois blanc et chêne blanc. Une blaquière était autrefois un lieu où le chêne pouvait croître en abondance et était aussi une forteresse protégée par un entourage de chênes d'où l'adoption d'une devise occitane «D'un aglan crèis una blaquiera» (D'un seul gland peut croître une forêt de chênes). Depuis cette époque, les Blaquière ne furent jamais très nombreux mais se sont répandus dans toutes les régions du monde.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
3. Quelques mariages de Rustico 
La première famille Blaquière française qui a émigré au Canada s'est d'abord établie à Rustico à l'île du Prince-Édouard en 1796. On retrouve toute la famille dans le recensement de 1798. En 1796, les installations de pêche des Blaquière et autres familles dans l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon avaient été détruites par la marine militaire française qui croyait attaquer des installations anglaises. Il est possible que les Blaquière, les Gauthier et les Pineau français aient changé d'allégeance pour vendre leur poisson à des armateurs anglais puisque l'amirauté anglaise leur a accordé le privilège de rester pour continuer à exploiter leurs établissements alors que toutes les autres familles de Miquelon et de Saint-Pierre ont été déportées par la milice anglaise en 1793, d'abord à Halifax puis en France. D'ailleurs les Blaquière, Gauthier et Pineau n'ont eu aucune difficulté à venir s'installer au Canada en 1796 alors que l'Angleterre et la France étaient encore en guerre.

Le fait que la famille Blaquière aurait été de souche acadienne est un mythe qui m'a occasionné une perte de temps énorme et une multitude de détours géographiques. L'Acadie, j'en ai fait le tour et je suis passé au travers plusieurs fois. L'étude fut certes intéressante mais peu utile pour retracer nos origines Blaquière. Il n'y a jamais eu de Blaquière en Acadie ni avant ni après les grandes déportations.
La première naissance Blaquière au Canada eut lieu en 1808. Il s'agissait de notre trisaïeul Joseph Sr Blaquière.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
4. Les premiers Blaquière du Québec 
La colonisation de Saint-Alexis-de-Matapédia a débuté en 1860. Ce fut aussi le premier établissement des familles Blaquière au Québec. La paroisse comme telle a été érigée en 1871 mais les actes religieux ont été consignés depuis 1860 dans le registre paroissial de Sainte-Anne-de-Ristigouche où on trouve les premiers Blaquière du Québec. Les Blaquière étaient surtout des insulaires. Venus de France en 1750, ils ont vécu à l'île du Cap Breton jusqu'en 1758, retournés en France après la capitulation de Louisbourg jusqu'en 1763 puis retour dans l'archipel des îles Saint-Pierre et Miquelon en 1763 où ils se sont établis jusqu'en 1796. Leurs installations de pêche ayant été dévastées par la guerre entre la France et l'Angleterre, il sont venus s'établir à l'Île du Prince-Édouard en 1796. De là, quelques familles Blaquière ont choisi de venir s'établir au Québec en 1860, à Saint-Alexis-de-Matapédia, où la colonisation et la construction du chemin de fer Intercolonial fournissait du travail en abondance alors que la vie était devenue intenable à l'île du Prince-Édouard. D'autres familles Blaquière de l'île ont émigré à la même époque au Nouveau-Brunswick. Le premier Blaquière à naître sur le continent canadien dans le Bas-Canada fut Joseph Sr Blaquière né à Rustico, Île du Prince-Édouard, le 7 janvier 1808, cinquante-sept ans avant l'avènement de la Confédération canadienne et 95 ans après la disparition de l'Acadie continentale, aujourd'hui, la Nouvelle-Écosse.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
5. Les premiers Blaquière du Nouveau-Brunswick 
Au Nouveau-Brunswick comme au Québec, c'est la construction du chemin de fer Intercolonial débutée en 1832, de Montréal jusqu'à Halifax, qui a attiré des colons aux milles métiers venus de l'Île du Prince-Édouard dont plusieurs familles Blaquière.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
6. Divers mariages célébrés en France 
Jusque très récemment, les recherches dans les archives départementales françaises accusaient un recul très important par rapport à la recherche en ligne. On ne croyait pas que la modernisation des outils de consultation des archives par le réseau Internet étaient nécessaire parce que les Français pouvaient tous se rendre sur place pour consulter. On oubliait tout simplement l'intérêt des généalogistes étrangers qui ne pouvaient pas se rendre sur place et dans certains cas, le serveur du département sur lequel on pouvait trouver des collections fermait à 17h00, heure locale. On fermait le serveur comme on éteignait les lumières du bureau. Maintenant, beaucoup d'archives départementales se sont modernisées et, bien que certains départements moins nombreux essaient encore de monnayer l'accès aux archives numérisées, archives qui appartiennent au peuple, la plupart offrent des consultations en ligne gratuites de leurs archives numérisées.
Les données contenues dans ce répertoire de mariage ont été obtenues grâce à l'ouverture d'esprit des archives départementales qui se sont ajustées à la généalogie du 21e siècle. Merci aux fonctionnaires français clairvoyants !

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
7. Les mariages hollandais 
Au cours des 17e et 18e siècle, la plupart des familles Blaquière hollandaises furent des exilés ou des familles bannies de la France pendant les dragonnades catholiques contre les fidèles de culte protestant. La plupart de ces familles émigrées n'ont pas eu le droit de transporter leurs biens avec elles et dans les familles qui se sont fait prendre à tenter le coup, le père a été tué et les femmes emprisonnées et les enfants abandonnés à leur sort. L'Angleterre, l'Allemagne et la Suisse ont aussi été des pays de refuge pour les familles protestantes de France. Quelques très rares cas ont émigré en Amérique et éventuellement aux Indes ou en Australie.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
8. 14 179 mariages du Canada (femmes) 
Le fichier généalogique des familles Blaquière contient 57 551 probants et 26 319 familles diverses.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 
9. 14 237 mariages du Canada (hommes) 
Le fichier généalogique des familles Blaquière contient 57 551 probants et 26 319 familles diverses.

Cliquer sur le nom d'un probant vous conduira à sa fiche.
Les renseignements sur les probants vivants de moins de 80 ans sont masqués automatiquement
Droits réservés © 2019 - Éditions Jacques Blaquière ISBN 9782980430930
 


Cet outil généalogique est traduit en français et mis en ligne par Jacques Blaquière
Richmond (Québec) Canada J0B 2H0


Publication généalogique réalisée avec The Next Generation of Genealogy Sitebuilding v. 12.2, une création de Darrin Lythgoe © 2001-2019.

Droits réservés © Les éditions Jacques Blaquière. | Politique de confidentialité.


Le vocabulaire utilisé dans cette publication québécoise s'inspire autant que possible
du Traité de généalogie de René Jetté 1944-2003.